L’enquêteur correctionnel du Canada et l’intervenant en faveur des enfants de l’Ontario publient un rapport conjoint sur l’expérience des jeunes délinquants adultes incarcérés dans des établissements fédéraux

Pour diffusion immédiate

Ottawa et Toronto, le 3 octobre 2017 – Aujourd’hui, l’enquêteur correctionnel du Canada, M. Ivan Zinger, et l’intervenant en faveur des enfants de l’Ontario, M. Irwin Elman, ont publié un rapport conjoint intitulé « Occasions manquées : L’expérience des jeunes adultes incarcérés dans les pénitenciers fédéraux ». Le rapport souligne les trajectoires et les expériences des jeunes délinquants quand ils passent du système correctionnel provincial pour les jeunes à celui fédéral pour les adultes. Le rapport démontre clairement que les jeunes délinquants adultes (de 18 à 21 ans) ont des besoins particuliers qui ne sont pas reconnus ou comblés par le Service correctionnel du Canada.

Lorsqu’il a commenté les principales constatations et les répercussions sur le système correctionnel fédéral, M. Zinger a déclaré : « Les jeunes qui sont incarcérés dans un établissement fédéral pour adultes ont des expériences de vie limitées. Ils sont vulnérables à l’exploitation, à l’intimidation et aux mauvais traitements derrière les barreaux et il sont surreprésentés en ce qui a trait aux admissions en isolement et aux incidents de recours à la force ». Il a aussi affirmé : « les programmes et les services offerts dans les pénitenciers fédéraux ne sont pas conçus ou adaptés pour répondre à leurs besoins. Notre bureau conclut, après enquête, que le Service correctionnel du Canada rate une occasion d’aider les jeunes à changer leur vie ».

L’intervenant en faveur des enfants de l’Ontario a déclaré : « les jeunes qui se retrouvent dans un établissement pour adultes devraient avoir, et se voir accorder, l’occasion de changer positivement leur vie. Comme nous avons déclaré à l’enquête sur la mort de Ashley Smith, le système correctionnel pour adultes n’est pas outillé pour faire en sorte que ce soit le cas ». De plus, M. Elman a mentionné : « il est évident qu’il faut améliorer l’efficacité de nos systèmes de services conçus pour aider nos enfants à atteindre leur plein potentiel afin qu’ils permettent d’empêcher les jeunes – surtout les jeunes noirs et autochtones qui sont surreprésentés de façon disproportionnée dans le système – d’être admis et détenus dans un établissement pour adultes ».

Le rapport est le produit d’un partenariat collaboratif et novateur entre le Bureau de l’enquêteur correctionnel du Canada et celui de l’intervenant en faveur des enfants de l’Ontario. Travailler en partenariat est particulièrement important dans le système correctionnel, puisque les personnes condamnées risquent d’être laissées pour compte ou que leur cas se perde entre les différentes couches et les différents ordres du gouvernement ou lors de leur transition d’un système à un autre. Ce n’est pas parce que les jeunes atteignent l’âge de 18 ans que leur développement physique ou psychosocial est terminé; pourtant c’est l’âge auquel le système judiciaire attribue une entière culpabilité et une entière responsabilité criminelle en tant qu’adulte.

Le rapport présente 20 recommandations. Une des recommandations a été formulée par le Bureau de l’intervenant en faveur des enfants de l’Ontario, et une autre a été appuyée par les deux Bureaux. Voici les principales recommandations qui visent le système correctionnel fédéral :

  1. L’intégration dans la loi d’une interdiction présumée de recourir à l’isolement pour les jeunes adultes de moins de 21 ans.
  2. Une formation de conseillers en soins pour les jeunes à l’intention des agents de libération conditionnelle en établissement et dans la communauté qui ont un intérêt particulier ou une aptitude à travailler avec les jeunes délinquants adultes.
  3. L’élaboration d’une orientation stratégique pour répondre aux besoins et aux intérêts particuliers des jeunes délinquants adultes.

Le rapport et le document d’information cités dans ce communiqué sont disponibles aux adresses suivantes : www.oci-bec.gc.ca ou www.provincialadvocate.on.ca.

-30-

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Bureau de l’enquêteur correctionnel
Marie-France Kingsley
Directrice exécutive par intérim
613- 990-2690
Marie-France.Kingsley@oci-bec.gc.ca
Bureau de l’intervenant provincial en faveur des enfants et des jeunes
Akihiko Tse
Coordinateur des communications
416-325-5994
akihiko.tse@provincialadvocate.on.ca